Le mouvement pour la Paix porte plainte

La semaine prochaine, des pilotes de la force aérienne belge et du personnel technique participeront, avec des partenaires de l’OTAN, à l’utilisation d armes nucléaires. Le mouvement pour la Paix a porté plainte contre les autorités politiques responsables, l’OTAN et l’armée belge car l’usage d armes nucléaires et la préparation à leur usage sont contraires au droit international humanitaire.

Des pilotes de la force aérienne belge et du personnel technique participeront la semaine prochaine, avec des partenaires de l’OTAN, à l’utilisation d’armes nucléaires. Le mouvement pour la Paix s’est rendu aujourd’hui à la police en vue de porter plainte. L’usage d’armes nucléaires et la préparation à leur usage sont contraires au droit international humanitaire.

Du 15 au 24 octobre 2012 des pilotes, des avions F16 et du personnel technique belges participeront à l’exercice « Steadfast Noon » sur la base d’aviation allemande de Büchel. Le but de cet exercice est l’entraînement actif au déploiement des armes nucléaires. Tous les pays membres de l’OTAN, qui entreposent sur leur territoire des armes nucléaires américaines (la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Turquie), y participeront avec le soutien d’autres pays de l’Alliance.

L’usage d’armes nucléaires et la préparation à leur usage sont contraires au droit international. C’est pourquoi, les différentes associations pour la Paix – Action pour la Paix, MIR IRG, CNAPD, Vredesactie, vrede vzw, Pax Christi Vlaanderen – auxquelles s’est joint Tom sauer, professeur de politique internationale à l’Université d’Anvers, se sont rendues à la police ce matin. Ils ont été porter plainte contre la participation de ces pays à l’exercice « Steadfast Noon », considéré comme une préparation à un crime de guerre.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=LArsufAL6YI?list=UU-2G-Eo5_ZrVOAiWJQTw9GA&hl=fr_FR&w=640&h=360]

Les armes nucléaires américaines de Kleine Brogel ne sont pas de simples reliques de la Guerre Froide. Cet exercice de l’OTAN montre clairement que le déploiement se prépare activement. Si ces armes nucléaires n’ont plus aucune utilité nucléaire, comme le prétend l’OTAN, quel est dès lors l’intérêt de continuer à s’entraîner à leur utilisation ?
Tom Sauer rappelle qu’une majorité de la population est pour le retrait de ces armes nucléaires. Elles sont inutiles et dangereuses. Il est, par ailleurs, inacceptable que des pilotes belges s’entraînent à utiliser des armes de destruction massive.

L’OTAN prépare des crimes de guerre

L’usage d’armes nucléaires et la préparation de leur usage sont contraires au droit international. Dans son jugement du 8 juillet 1996, la Cour Internationale de Justice a spécifié les règles fondamentales du droit international qui sont d’application pour les armes nucléaires:
– Premièrement, elle énonce l’obligation d’opérer une distinction entre les combattants d’une part, et la population civile d’autre part, ce qui signifie que l’utilisation d’armes incapables de faire cette distinction est interdite.
– Deuxièmement, il est interdit d’infliger des souffrances inutiles aux combattants. L’utilisation d’armes infligeant de telles souffrances est donc également interdite.

En outre, les conséquences de l’utilisation d’armes nucléaires ne peuvent pas être limitées dans l’espace et dans le temps. Par conséquent, les armes nucléaires de Kleine Brogel ne peuvent jamais être utilisées sans que ces règles élémentaires du droit international humanitaire ne soient transgressées.

Enfin, la loi pénale belge relative aux violations graves du droit international humanitaire punit la préparation de ces violations. La participation à cet exercice est une préparation active à l’usage des armes nucléaires et par conséquent, à des crimes de guerre. Il semble évident que le stockage des armes nucléaires à Kleine Brogel fait partie intégrante de ces préparatifs à des crimes de guerre.

Le mouvement pacifiste belge exige que le Gouvernement belge se conforme strictement au droit international humanitaire. Cette plainte est également un appel aux instances judiciaires de prendre leurs responsabilités et d’appliquer sans exception le droit international humanitaire.

Vous pouvez à votre tour porter plainte. La plainte standard est disponible : ICI