Sur les traces des ventes d’armes européennes et israéliennes au Mexique : nouveau rapport.

Rapport "Deadly Trade"

Entre 2006 et 2018, plus de 238.000 armes à feu issues d’entreprises d’armement en Europe et en Israël ont été exportées vers le Mexique à destination des polices locales et d’Etat. Or, pendant cette même période, la violence d’Etat et les homicides ont également augmenté de façon spectaculaire…

Au Mexique la vente d’armes aux civils est très restreinte, ce qui explique que 95% de ces plus de 238.000 armes à feu, étiquetées  « à usage militaire », ont été vendues à l’armée, initialement du moins… Les Etats vendeurs d’armement justifient leurs transactions commerciales avec le Mexique par un argument (trop) souvent utilisé : la nécessité de combattre les actes de violence. Mais alors, comment expliquer qu’au lieu de s’améliorer, la sécurité des Mexicain.e.s se soit largement détériorée ? 

Dans un pays où les violations des droits humains sont légion; entre explosion des homicides, découvertes de charniers, déplacements de personnes fuyant les violences, disparitions forcées,… et où la corruption est endémique, faire confiance à la capacité de l’Etat à gérer l’utilisation d’armes à feu par les forces de l’ordre est une illusion. Mais une illusion qui se paye chère et en vies humaines : celles des Mexicain.e.s.

Le rapport explore et expose le rôle de l’Italie, d’Israël, de la Belgique, de la Tchéquie et de l’Allemagne dans la vente d’armes européennes à destination du Mexique ainsi que la délocalisation d’une partie de la production européenne et Israélienne vers les Etats-Unis.

La sortie de ce rapport a fait l’objet d’une Carte Blanche « Pour chaque policier mexicain, un fusil européen » dans le quotidien Le Soir (en français) co-signée par Vredesactie et Agir pour la Paix. La version flamande est à lire sur  Knack. Toutes deux ont été publiées le 9 décembre 2020.

L’industrie de l’armement n’est pas et ne sera jamais une réponse à l’insécurité. l’Union européenne et ses États membres devraient mettre fin aux relations entre les gouvernements et l’industrie qui faussent les politiques ou représentent des conflits d’intérêts.

Téléchargez toutes les infographies ici

En complément de lecture :