17.04 | Journée des luttes paysannes

Le 17 avril 1996, dix-neuf paysans du mouvement sans terre du Brésil furent assassinés par des tueurs à la solde de grands propriétaires terriens. En mémoire de leur combat, Via Campesina a déclaré le 17 avril “Journée mondiale des luttes paysannes”. Partout dans le monde, les paysans forment plus de la moitié de la population de la terre et sont touchés par le rouleau compresseur des multinationales de l’agroalimentaire et des gouvernements complices. Chaque année, c’est l’occasion de sensibiliser la population aux luttes des paysannes d’ailleurs et d’ici et de se rassembler pour réclamer l’accès à la terre. Nous planterons des patates au nom de notre avenir alimentaire à toutes et tous. Rejoignez-nous aux différents lieux prévus ; notamment à Haren où de nombreuses zones cultivables sont menacées. Si vous souhaitez organiser une action ou activité dans votre région alors contactez-nous !

Info/contact : www.luttespaysannes.be – patates@collectifs.net

Accaparement des terres

Au Nord, comme au Sud, l’accès à une nourriture bon marché, saine et écologique se complique de plus en plus. En cause ? Un accaparement brutal des terres agricoles par des acteurs économiques puissants et sans scrupules. Un phénomène encore trop peu régulé par nos représentants politiques. Résultat ? Une industrialisation croissante de l’agriculture et la mise sur la touche des paysans du monde entier. Pas étonnant que l’écrasante majorité des personnes souffrant de la faim dans le monde soit des paysans !
En Belgique, plus de 63% de nos exploitations agricoles a disparu au profit de grandes exploitations en à peine 30 années. En parallèle, la pression immobilière sur les terres agricoles, accaparées pour la construction de logements, infrastructures, loisirs, est de plus en plus importante. Avec pour conséquence directe une spéculation foncière sur les terres agricoles et une envolée des prix, obstacles majeurs à l’installation de nouveaux agriculteurs et à la transmission intergénérationnelle des fermes.

Du local au global, par nos initiatives et revendications politiques, nous, citoyens, mouvements sociaux et associations belges, agissons déjà pour défendre l’agriculture paysanne et la souveraineté alimentaire. Le temps est venu de valoriser les milliers d’activités de réappropriation de notre alimentation : potagers collectifs, ferme en conversion, bourses de semences, épiceries sociales, coopératives, ceintures alimentaires, marchés paysans, ateliers cuisines, initiatives de circuits-courts…Les initiatives sont nombreuses !
Mais ces efforts risquent bien d’être insuffisants tant qu’un véritable débat démocratique autour de l’usage de nos terres agricoles n’aura pas été possible.

Pour changer le monde, il faut le faire partout mais aussi ensemble. On a besoin de vous, chacun à sa manière ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons ce 17 avril pour réclamer l’accès à la terre pour les paysans. Nous planterons des patates au nom de notre avenir alimentaire à toutes et tous.
Rejoignez-nous aux différents lieux prévus pour faire valoir vos choix de société ! Ceux et celles qui souhaitent organiser une action ou activité dans leur région sont invités à prendre contact avec nous.

17 avril 2014

Dans ce cadre pour le 17 avril 2014, des citoyens et associations belges regroupés au sein du réseau de soutien à l’agriculture paysanne (RéSAP) appellent à mobilisation pour réclamer l’accès à la terre pour les paysans.
Les enjeux liés à l’accès à la terre nous concernent tous. Si de jeunes producteurs n’arrivent pas à s’installer chez nous aujourd’hui, qui nous nourrira demain ?
Partout dans le monde, nos luttes locales participent à un seul et même combat, celui de la souveraineté alimentaire !

Venez planter des patates et revendiquer un soutien politique fort aux milliers d’activités de réappropriation de notre alimentation : des potagers collectifs aux coopératives foncières, des combats contre la spéculation alimentaire aux groupes d’achats communs, des formations aux ateliers cuisine, des repas de quartiers aux épiceries sociales, de la production de semences paysannes aux ceintures alimentaires, des marchés paysans aux centrales d’achats pour restauration collective…

Nous occuperons des terres inutilisées et nous y planterons des patates !
Nous en prendrons soin ensemble et nous les récolterons lors de la journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre 2014. Nous favoriserons la diversité. Nous multiplierons les bacs de culture en ville pour rappeler partout que le changement d’agriculture et d’alimentation a commencé. Nous sommes tous des patatistes !

 

En pratique ?
Nous invitons toutes les associations et les citoyens à nous rejoindre et à diffuser largement cet appel. La patate, symbole de l’action, sera notre symbole de la lutte pour la souveraineté alimentaire. Pour changer le monde, il faut le faire partout mais aussi ensemble. On a besoin de vous, chacun à sa