Les belges ne veulent pas des armes nucléaires ! Députés au travail !

 

 


16 octobre 2014 | Communiqué de presse

Bannières au parlement fédéral: Armes nucléaires : dehors ! Au travail !

frB0EeA-MCcAAlwl_

Des militants pour la Paix ont déployé des bannières cet après-midi en séance plénière adressant un message clair à nos élus : les armes nucléaires doivent quitter la Belgique!

Cet après-midi, à la Chambre, lors du vote de confiance du gouvernement Michel, des militants pour la paix ont déployé des bannières depuis la galerie avec un message sans équivoque adressé au parlement et au nouveau gouvernement : Les Belges ne veulent pas des armes nucléaires. Au travail !

Une majorité de belges veulent voir les armes nucléaires quitter le territoire

Selon une étude commandée à l’Institut flamand pour la Paix, 61 pour cent des Belges veulent que toutes les armes nucléaires stockées en Belgique partent, et seulement moins d’un quart des Belges y sont opposés.

Des milliers de personnes ont participé ces dernières années à des actions non-violentes sur la base de Kleine Brogel, une plainte contre la politique nucléaire de l’OTAN a aussi été déposée. En 2005, la Chambre et le Sénat ont voté des résolutions qui appellent à l’élimination des armes nucléaires. Enfin, des “poids lourds” de la politique belge (Guy Verhofstadt, Louis Michel, Willy Claes et Jean-Luc Dehaene) ont déclaré en 2010 dans un article d’opinion que ces armes nucléaires doivent disparaître.

Jusqu’ici les gouvernements successifs ont ignoré ces signaux forts. Ils ont prétendu travailler au désarmement nucléaire mais n’ont, concrètement, rien fait pour l’obtenir. Jérôme Peraya, d’Agir pour la Paix, remarque: « Entre frce que la population veut et ce que font les élus, l’écart est immense. Ce nouveau gouvernement doit se mettre au travail et mettre tout en œuvre pour se débarrasser de son rôle nucléaire au sein de l’OTAN ».

Étapes pour le démantèlement de l’arsenal nucléaire

En mai 2015, la prochaine Conférence d‘examen du Traité de Non-Prolifération (TNP) se tiendra à New-York. Il est temps que les pays signataires, dont la Belgique fait partie, décident des mesures concrètes à prendre et passent à leur application. Le TNP est sous forte pression, en grande partie à cause de la réticence des puissances nucléaires à concrétiser leurs engagements de désarmement.

Dailleurs, les États-Unis ont l’intention de moderniser l’ensemble de leur arsenal nucléaire, dont les bombes stationnées en Belgique.

Jérôme Peraya ajoute : « Si nos élus ne font rien, à partir de 2020, c’est une toute nouvelle génération d’armes nucléaires qui seront à Kleine Brogel avec tous les risques que cela comporte. Il est urgent de démanteler l’arsenal nucléaire mondial. Et le retrait des armes nucléaires américaines de Belgique et de l’Europe est clairement une première étape ».

Contact presse

Les porte-paroles sont disponibles pour des entrevues au Parlement fédéral.
Roel Stynen (Action pour la paix, néerlandais) 0479 68 24 43 www.vredesactie.be
Jérôme Peraya (Agir pour la Paix, en français)
0497 43 54 89 www.agirpourlapaix.be

Pièces jointes et liens

L’enquête du Vlaams vrede Instituut
http://www.vlaamsvredesinstituut.eu/sites/vlaamsvredesinstituut.eu/files/files/factsheet_opiniepeiling_kernwapens.pdf