F16 : Occupation des bureaux des partis

Plusieurs dizaines de militant-e-s non-violent-e-s occupent les sièges des quatre partis du gouvernement fédéral, ils demandent une chose simple : le retrait des accords de gouvernement de la décision du remplacement des F-16 par une quarantaine de chasseurs-bombardiers modernes de type F-35. Et ils resteront là jusqu’à obtenir gain de cause.

Les Belges ne veulent pas de ces nouveaux avions !

En effet, selon un sondage de l’Université d’Anvers seul 25 % des belges sont favorable à ce rachat. Il n’y a donc aucun soutien de la société belge à cette décision.

« Alors que tous les ministères sont mis à la diète de l’austérité, il serait bon que l’Etat réalise qu’il n’a pas les six milliards que coûteront, aux citoyens, cette décision irresponsable. », déclare Jérôme Peraya, permanent d’Agir pour la Paix.

Des avions au service d’une politique étrangère guerrière

Le gouvernement l’a lui-même annoncé ce futur avion a pour but principal non pas d’assurer la protection de l’espace aérien belge mais d’être le bras de notre politique étrangère. Or l’expérience des dernières décades montrent que les interventions militaires à l’étranger sont très loin d’avoir participé à une quelconque stabilisation ou paix dans les zones ciblées (Afghanistan, Libye, Irak, etc.). Si l’objectif de ce rachat était d’augmenter la paix et la sécurité de la population belge, il semble évident que c’est un très mauvais investissement.

Un avion à capacité nucléaire

Enfin, selon la VRT, l’État-major souhaite que le nouvel avion ait une « capacité nucléaire ». Peut-être faut-il rappeler à nos dirigeants militaires et civils que la Belgique est signataire du Traité de Non-Prolifération, que les armes nucléaires, de par leur nature non-discriminante, violent toutes les grandes conventions internationale et finalement qu’elles sont contraires au Droit international humanitaire. « Nous ne voulons pas être complice de crimes contre l’humanité par l’irresponsabilité de notre gouvernement. » déclare Jérôme Peraya.

Contact Presse
Jérôme Peraya – FR – +32 497 435489