23.02.22 |Communiqué – La crise ukrainienne : la non-violence et l’objection de conscience à la conscription sont les choix d’Agir pour la paix

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Bruxelles, le 23 février 2022

 

La crise ukrainienne : la non-violence et l’objection de conscience à la conscription sont les choix d’Agir pour la paix

Agir pour la paix est une association résolument engagée dans la non violence. Elle agit toujours sans la violence et sans la menace d’y recourir.

Elle est convaincue que la guerre est un crime contre l’humanité et que la résolution non violente des conflits est la seule issue possible en toutes circonstances.

Dans l’affaire ukrainienne, elle demande instamment à toutes les parties : Russie, Ukraine, Otan, Europe de cesser d’ignorer que des moyens pacifiques existent, qu’ils sont plus efficaces et infiniment moins nuisibles que les canons.

Elle rappelle que la propagande de guerre a toujours été mensongère, de quelque côté qu’elle vienne : avant que les conflits soient enclenchés, aucune partie ne veut la guerre, le camp adverse est seul responsable de la guerre, l’ennemi est « le mauvais », chacun défend une cause noble et non des intérêts particuliers ou égoïstes1.

Elle demande aux parlementaires et dirigeants politiques qui ont été reconnus objecteurs de conscience de se souvenir de leur engagement et de faire entendre la voix de celles et ceux qui pensent qu’on ne peut tuer son prochain à des fins de défense nationale.

Elles soutient les amis ukrainiens et russes qui défendent dans leurs pays l’objection de conscience à la conscription.

Elle rappelle également que les Etats membres de l’Union européenne doivent refuser la vente de matériel d’armement « lorsque celui-ci est susceptible de provoquer ou de prolonger des conflits armés ou d’aggraver des tensions ou des conflits existants dans le pays de destination finale. » (Art 3. de la Position commune de l’U.E. sur la vente d’armes.)

1Anne Morelli : « Principes élémentaires de propagande de guerre ». Editions Aden Septembre 2010